17 mars 2007

Ecritures

ecrituresUn billet, ça commence souvent comme ça, un matin de week-end, sur un cahier.

Quand j'ai commencé à écrire, je ne connaissais pas l'ordinateur, et j'ai gardé depuis l'habitude d'écrire mes premières idées sur un cahier. Un pas trop grand, qui m'évite "l'angoisse" d'avoir une grande page vide à remplir. Et puis le cahier m'aide à me concentrer, contrairement à l'ordinateur, cette porte ouverte sur le monde des autres, cet internet où je me perds un peu.

Ces derniers mois, je me suis donc mise à blogguer.
Plus qu'un journal intime, c'est pour moi un petit exercice de créativité, qui me permets d'assouvir mon désir d'écrit. Il me permet aussi de libérer la pression de toutes ces pensées qui m'assaillent.

Avant de commencer sur un cahier, le billet a tourné dans ma tête. Il m'a accompagné dans le métro, dans le matin froid alors que j'allais au travail. Parfois il m'a travaillée dès le réveil en semaine, et c'est alors une belle frustration de ne pouvoir l'écrire, de suite, parce qu'il faut partir dans le matin froid, prendre le métro, avec le journal qu'on me tend, avec son actualité, sa société, qui fait naître d'autres idées de blog.

Le soir quand je rentre, je me perds sur internet, dans les blogs des autres, sans énergie. J'engrange une matière qui ressortira dans mes billets. J'y trouve de quoi nourrir ma pensée.
Et c'est le week-end. Les idées coulent dans ma main, traversent l'encre, passent sur le papier. L'extrémité de ma plume me semble être le point exact du contact entre la matière et la pensée. Là où se rencontrent mon corps et mon esprit.

Je ne sais pas créer sur ordinateur, dans la pensée pure. Il me faut ce contact, ce recueillement que je trouve devant un cahier. C'est presque mystique, une incarnation, un miracle ?
J'aime l'écriture au sens matériel où elle se manifeste.
Quand j'étais jeune fille, la seule collection que je faisait, c'était des morceaux d'écritures de mes proches. Comme des traces de cette pensée, comme des morceaux d'humanités, faits de bouts de cartes postales, de morceaux d'enveloppes et d'extraits de cahiers.

Posté par arianebobine à 16:57 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


Commentaires sur Ecritures

    Ah, c'est intéressant...J'aime beaucoup savoir comment les notes des uns et des autres naissent...
    Moi, mes notes, c'est souvent une idée de départ que je note sur un post-it, et ensuite, je laisse mes doigts courir sur le clavier un peu comme ils veulent...
    Et comme toi, cela me permet de me libérer d'une certaine pression.

    Posté par sel, 17 mars 2007 à 18:58 | | Répondre
  • Tiens, le post-it, pourquoi pas ?
    En fait quand j'ai l'inspiration je n'ai pas forcément de quoi la noter, même un post-it. Après elle s'envole, et je ne rattrape que les idées les plus tenaces...
    Merci pour ton comm, je vais aller voir sur ton blog ce qu'il y a de nouveau...

    Posté par Ariane, 18 mars 2007 à 10:24 | | Répondre
  • Chère Ariane, j'ai le même amour de l'écriture que toi et depuis que j'ai ouvert mon blog je suis frustrée de papier... alors je vais peut-être commencer, comme toi, à trouver l'inspiration sur mon cahier que, moi aussi, je tiens depuis mon adolescence. Mais je n'arrive pas à être aussi spontanée sur mon blog, je n'y dis pas les mêmes choses...

    Posté par La Foldingue, 19 mars 2007 à 23:07 | | Répondre
  • La foldingue, je croyais que tu arrêtais de blogger ?
    C'est vrai que le papier on ne dit pas la même chose que sur un blog. Mais tu n'es pas obligée de porter sur blog tout ce que tu as écrit sur papier, c'est l'avantage.
    En fait, une autre raison pour commencer sur papier, c'est que je me réveille plus tôt le week-end, et que je ne veux pas réveiller mon compagnon par des bruits de clavier...

    Posté par Ariane, 20 mars 2007 à 22:12 | | Répondre
  • Où que j'aille, j'ai toujours un bloc note (un petit) et un stylo au fond de mon sac. Chez moi, sur ma table de nuit, j'ai du papier et un stylo. Que se soit le jour, la nuit, n'importe où, je me débrouille toujours pour avoir ce qu'il me faut sous la main, sinon, je sais que je vais m'en vouloir si une idée me vient et que je ne peux pas la noter. Je risque alors de la voir partir aussi vite qu'elle est venue, et ça c'est carrément insupportable ! Du coup, j'ai des notes partout, sur des bouts de papier, au dos d'enveloppes déjà utilisées, bref sur tout ce qui me tombe sous la main. Après, je fais mon tri, parfois je me réveille vers trois heures du mat et j'écris un texte, les mots venant brutalement, je me trouve dans l'obligation de les coucher par écrit, si je veux ensuite réussir à me coucher moi-même... lol
    Le matin, je mets mes idées sur ordi.

    Posté par Claire Ogie, 21 mars 2007 à 08:49 | | Répondre
  • C'est la rage d'écrire chez toi Claire
    Je ne suis pas sûre d'être aussi acharnée, mais ça m'arrive effectivement de me lever pour écrire.

    Je garde vos idées d'avoir du papier sur soi, mais les moments tranquilles pour réfléchir en semaine, c'est les trajets que je fais pour aller au boulot: dans le métro ou à pied, pas facile pour prendre des notes...

    Posté par Ariane, 22 mars 2007 à 20:34 | | Répondre
  • Je viens juste ce matin de m'acheter un nouveau carnet, le genre Rhodia à spirale. Outil indispensable pour moi qui suis journaliste et qui se confond avec mon rôle de blogueuse depuis un an. Je griffone beaucoup, surtout dans le train de banlieue le matin et le soir, et dans le métro lorsque j'ai une place. J'ai aussi un carnet près de mon lit, parce que souvent le soir, il me traverse des idées, des pensées, que j'ai peur d'oublier le lendemain. J'aime le papier mais j'avoue que depuis que je sais taper vite et bien sur un ordinateur, je suis plutôt carte postale, carte d'anniversaire, carte quoi. Il y a de biens jolies qui parlent parfois plus que des mots...

    Posté par Corinne, 24 mars 2007 à 18:15 | | Répondre
  • Bon en fait Ariane, c'est vrai, j'avais dit que je mettais le blog de côté un moment pour me consacrer aux révisions... mais comme je ne suis pas une travailleuse acharnée, je me fais des (longues) pauses en bloguant un peu !!!

    Posté par La Foldingue, 26 mars 2007 à 17:04 | | Répondre
  • Tu ne bloggues pas mais tu écris quand même, et tu laisses des commentaires.. tant mieux pour moi, j'espère que tu arrives à réviser quand même !

    Posté par Ariane, 26 mars 2007 à 19:45 | | Répondre
  • Des carnets de route de carnets de coeur...

    J'ai commencé à écrire à l'adolescence, non pas sur le mal être propre à cette période mais sur l'actu et ce qui m'entourait (rêve de journalisme).Ce besoin m'est passé... puis comme certaines, j'ai parsemé mon appart et mes sacs de petits carnets : poèmes, impressions du moment, souvenirs de voyages...puis il est arrivé dans mon existence : mon appareil photo est devenu mon mode d'expression préféré !
    Pour conclure, je dirais quant à l'écriture, que rien ne remplace un carnet papier, surlequel on peut raturer, avoir une écriture différente en fonction de son humeur... Les écrits,s'ils sont fait sur un ordi, perdent selon moi (je dis bien selon moi) un peu de leur sens et de leur ame.
    A part ça , bonne soirée à tous et toutes !

    Posté par yoca, 29 mars 2007 à 21:56 | | Répondre
  • Finalement, à l'heure de l'ordinateur, je ne suis pas la seule à aimer mon cahier.
    Corinne, Yoca, je note dans vos commentaires que l'image est aussi une manière de prendre des notes, via un appareil photo ou une carte.
    Mais je vais suivre vos conseils et investir dans un sac à main plus grand pour avoir de quoi noter sur moi, et pourquoi pas avoir l'appareil photo à portée de main ?

    Posté par Ariane, 29 mars 2007 à 23:36 | | Répondre
Nouveau commentaire