03 févr. 2007

Mariage

arcadesglycine

En cherchant des informations juridiques sur internet, je suis tombées sur un site d'incitation au mariage !

Cela m'a fait réfléchir (ce qui est le but de ce site). Pourtant, divorcée il y a deux ans, on ne peut pas dire que me remarier est dans mes priorités. L'homme avec qui je vis a connu le divorce de ses parents, et il ne semble pas non plus avoir l'intention de me passer la bague au doigt...

Pourtant, il y a des choses qui m'ont semblé intéressantes dans ce que j'ai lu. Le mariage est présenté comme un engagement, un élément stabilisateur, qui aide le couple à passer les difficultés en ayant moins peur de se dire les choses en face. Il est également précédé par un moment de réflexion sur les objectifs de chacun, et la nécessité d'avoir les mêmes priorités dans la vie.

Dans mon expérience, les priorités n'étaient pas sincèrement exprimées. Les miennes étaient très claires et je suis sûre de les avoir aussi clairement dites. Je voulais fonder une famille, et le travail et l'accomplissement social n'étaient pas dans mes priorités. J'ai fait la désagréable découverte qu'en face de moi les objectifs n'avaient pas été clairement énoncés. Que le travail et l'appât du gain passaient avant tout.
Dans mon expérience, le mariage n'est donc ni garant d'avoir des objectifs communs, ni de la sincérité de l'autre. J'ai été trompée, dans tous les sens du terme...

J'ai aussi découvert que le fait de se marier est intimement lié à toutes sortes d'arrangements financiers, qui sont sans doute nécessaires pour se protéger. Organisation des impôts, de la succession, des difficultés financières à venir. Pas très romantique tout cela. Est-ce pour oublier ces aspects là que le mariage se fait en grande pompe, robe blanche, dragées et bouquets de fleurs ?
Je n'ai jamais aimé les robes blanches et les dragées. Je n'ai jamais compris qu'on porte autant d'importance à l'image pour cet événement qui me semblait être de l'ordre du sentiment, de l'impalpable. Finalement j'étais plus naïve que toutes les femmes en robes immaculées désireuses d'immortaliser leur pure image au milieu des fleurs. J'avais du mariage cette vision d'un engagement, devant témoin. Seul cela me semblait important, pas la robe blanche, ni les aspects contractuels financiers.
C'est pour cela que je me suis mariée à l'église, alors que je n'ai pas reçu d'éducation religieuse. L'église offrait pour moi cette notion d'engagement moral que ne semblait pas proposer une République qui permet le divorce.

Heureusement, la République m'a permis de divorcer ! Elle m'a donné droit à l'erreur de ne pas avoir su déceler le mensonge. Mais aujourd'hui je ne vois pas pourquoi je me remarierais dans une mairie. Le PACS, lui aussi est une organisation conjointe de biens matériels. Mais l'engagement moral, où le trouver ?
J'essayerai de le trouver ailleurs, dans la sincérité d'un homme qui tient ses promesses vis à vis de ses proches, qui est attentif à eux, et qui a aussi exprimé le souhait de fonder une famille...

Posté par arianebobine à 23:40 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


Commentaires sur Mariage

    Ce qui me gène, c'est que l'on puisse avoir besoin d'un "élément stabilisateur" comme le mariage, pour pouvoir se parler, "se dire les choses en face"... Là, je fuis à toutes jambes. Si l'on est incapable de se parler avant le mariage, il ne faut pas rêver, ça n'ira pas mieux après.
    Je crois, tout comme toi, que l'engagement moral, la sincérité sont à trouver ailleurs... Et cela n'est peut-être pas donné à tout le monde. Je ne sais pas. Tout dépend de la volonté de construire de chacun.

    Posté par Claire Ogie, 06 févr. 2007 à 14:29 | | Répondre
  • Le mariage était sans nul doute avant signe d'un réel (et religieux) engagement mais a t il cette même valeur morale aujourd'hui ? Je ne suis pas sûre. Je suis d'accord avec toi Claire, ce n'est pas le mariage qui fait l'engagement moral, d'autant plus qu'il est sûrement plus facile de divorcer aujourd'hui.
    Le couple est un CDI avec des périodes d'intérim, des cumuls d'emploi (de mandats), des démissions ou des licenciements sans indémnités.
    Je crois néanmoins au Prince Charmant !

    Posté par yoca, 07 févr. 2007 à 22:47 | | Répondre
  • Claire, Yoca,
    merci de me donner votre point de vue. J'en retiens chez Claire que la volonté de construire est un signe à rechercher chez l'autre et chez Yoca la comparaison avec l'emploi. Les moeurs changent et effectivement les emplois comme les couples durent moins longtemps que par le passé...

    Posté par Ariane, 09 févr. 2007 à 07:43 | | Répondre
  • En fait, en vérité, le mariage est le garant de rien du tout... c'est aussi ce qui en fait son charme. Je ne suis pas sûre que ce soit très sain de se marier pour telle ou telle "raison", on le fait parce qu'on en a envie, parce qu'on le "sent". Je me suis mariée à l'église (avec un musulman en plus) pour les mêmes raisons que toi (même si je suis aussi très, très attachée au rituel, au mythe de la robe blanche et tout et tout dans lequel on a été élevé depuis l'enfance), pour cet engagement moral à la face de Dieu et du monde, pour la totale folie de cet engagement dans un monde où l'avenir est de moins en moins sûr... et parce qu'effectivement, cet aspect spirituel et moral n'existe pas pour moi dans le "contrat" étatique... Il n'en reste pas moins que ce n'est qu'à la fin de notre vie, qu'on saura si l'homme de notre vie était bien l'homme de notre vie !

    Posté par Juliette, 09 févr. 2007 à 15:20 | | Répondre
  • Rituel

    Le mariage était probablement aussi à l'origine un rituel de passage, pour marquer le passage de la vie chez les parents à la vie avec le mari. D'où la nécessité d'un rituel fort (robe blanche montrant le l'état immaculé, enfantin de la femme)
    Aujourd'hui, les unions libres avant mariage sont la règle, il me semble que le mariage en tant que rituel social indique le rapprochement et l'agrandissement prévisible de deux familles (l'alliance entre deux familles).
    J'aime bien ta folie, Juliette, mais elle ne m'enlève pas l'impression que le mariage est quelque chose de très social, et de très peu romantique...

    Posté par Ariane, 12 févr. 2007 à 12:44 | | Répondre
  • Moi aussi j'ai été trompée par le mariage. Par l'Amour, par l'homme. J'ai tout donné et rien reçu en échange. J'étais une grande romantique et c'était l'homme de ma vie, jusqu'au jour où j'ai ouvert les yeux et où j'ai compris que je n'étais pas épanouie. Il ne me regardait pas, je n'existais pas, et nous n'avions pas non plus les mêmes idéaux. Les miens étaient l'épanouissement de chacun et les siens, l'épanouissement matériel. Un toît, une famille, et vivre côte à côte. Je suis partie parce qu'il n'a rien compris, rien entendu. Alors j'ai une grande amertume pour le mariage...

    Posté par La Foldingue, 26 févr. 2007 à 16:30 | | Répondre
  • mariage

    pour moi l'engagement ultime est la naissance de nos enfants. J'ai alors choisi de m'unir par notre sang pour le reste de ma vie avec lui. Même si nous en venions à nous séparerm je resterais toujours en contact avec lui à travers nos enfants. Je lui es donc dit que de choisir de faire des enfants avec lui était beacoup plu sfort que de signer un papier qui pourrait par la suite être brisé et ne plus jamais le revoir... Alors le mariage est pour moi une simple signature de formulaire et un gros spectacle pour épater la galerie. je n'ai aucunement besoin de dire à tous les gens je connais que j'aime cette homme et qie je souhaite passer le reste de ma vie avec lui... la seule personne qui doit le savoir c'est lui.

    merci c'est vraiment un très beau post!

    Posté par lolita, 09 juil. 2007 à 16:36 | | Répondre
  • Un beau commentaire

    Merci Lolita, c'est un beau commentaire aussi
    Ce lien du sang avec cet homme, un engagement très fort bien sûr... En fait, je me rends compte dans les couples que je connais, qu'il est important que les deux partagent la même vision de ce qu'est un engagement, et surtout les mêmes souhaits de vie de famille.

    Posté par Ariane, 10 juil. 2007 à 23:02 | | Répondre
Nouveau commentaire